Aller au contenu

Derniers ouvrages

  • Les "Documents Sharp" - Volume 1

    Que sont les fameux « Documents Sharp » ? Cette appellation consacrée par l’usage désigne une collection de pièces exceptionnelles relative à l’histoire de la franc-maçonnerie française et plus particulièrement à l’apparition et à la pratique des hauts grades. Une présentation inédite en 2 volumes.

    Exceptionnels, les « Documents Sharp » le sont d’abord par leur ancienneté et par leur nombre puisque plusieurs d’entre eux sont antérieurs à 1750 et que la collection comprend plus de 400 pièces. Si la franc-maçonnerie s’implante en France autour de 1725, les témoignages de son activité ne dépassent guère la dizaine pour la période 1730-1740 et restent rares jusqu’au début des années 1750.
    Les « Documents Sharp » nous donnent des informations nombreuses et précises sur la création et la vie de Loges entre Bordeaux, Paris et les Antilles autour de 1750. On y découvre des listes de Maçons, des éléments sur les grades pratiqués ou sur les règlements utilisés.
    Leur caractère exceptionnel réside aussi et surtout dans la nature des  « Documents Sharp ». L’essentiel des archives maçonniques du XVIIIe siècle – conséquentes à partir des années 1760 et abondantes après 1770 – est constitué de pièces administratives : Tableaux de Loges, circulaires, registres de procès-verbaux, Constitutions d’Ateliers ou diplômes de Maçons. Toutes pièces très utiles pour reconstituer l’histoire factuelle de la franc-maçonnerie, mais qui renseignent peu sur le « vécu » de la pratique maçonnique par ces hommes du siècle des Lumières. Or une bonne partie des Documents Sharp est d’une autre nature. Il s’agit de lettres où les correspondants sont parfois amenés à échanger leurs idées sur la Maçonnerie ou à expliquer leurs sentiments sur la pratique de tel ou tel grade. Dans leur jargon, les historiens désignent depuis quelques années ce type d’archives sous l’appellation d’« égo-documents ». Ce sont des pièces qui témoignent du ressenti personnel, des motivations et du « vécu » des « acteurs » et non seulement de l’histoire de l’institution. Or les « Documents Sharp » fourmillent de remarques passionnantes sur la façon dont ces Frères du XVIIIe siècle vivent leur engagement maçonnique.
    Enfin, il est un domaine où la découverte des « Documents Sharp » est à l’origine d’une véritable révolution historiographique : l’histoire des hauts grades et, plus particulièrement, l’histoire du Rite Écossais Ancien Accepté.

     

    29,00 €
  • Sources n°10. De l'être humain II. Regards maçonniques sur l'être humain : aspects sociétaux

    Dans ce numéro 9 e la Revue « Sources », sont abordés au fil des chapitres, la liberté, la solidarité, le travail, le racisme, l'esclavage, la fraternité, avant que ne soit posée la question de savoir "Comment vivrons-nous dans les prochaines décennies ?". Les trois derniers textes rendent compte d’un débat suscité par le problème de « l’âme », déjà abordé dans le numéro précédent, dédié à l’être humain « individuel » .

    SOMMAIRE
    Introduction générale, présentation de l’ouvrage.
    Didier DESOR
    1. Le sentiment de liberté : entre illusion et manipulation
    Jean-Claude COUTURIER
    2. Le sentiment de liberté à l’épreuve de la biologie. Une histoire personnelle du libre arbitre et de l’existentialisme
    Jean VERDETTI
    3. De la charité à la solidarité : les principes maçonniques à l’épreuve de la réalité sociale
    Jean-Claude COUTURIER & Patrice RACHLINE
    4. Les soupes populaires de Thémis
    Henri LOMBARD & Jean GUGLIELMI
    5. Les apports de la sociologie des organisations
    Patrice RACHLINE
    6. Quelques réflexions à propos des races
    Marc LEBIEZ
    7. Racisme : introduction générale
    Didier DESOR et Jean SCHMETS
    8. Racisme : mécanismes psychologiques
    Didier DESOR & Jean SCHMETS
    9. Le racisme : aspects historiques et biologiques
    Didier DESOR & Jean SCHMETS
    10. Le travail des enfants, hier et aujourd’hui
    Didier DESOR & Samba FALL
    11. La marchandisation des corps
    Alain CORDIER
    12. L’observance de l’interdit de l’inceste comme métrique de la fraternité ?
    Daniel BAUM, Marc BARIANT, Pierre GERMAIN, Bernard PATEYRON, Maurice WEBER
    13. Biomimétisme
    Victor MASTRANGELO& Didier DESOR
    14. Les conséquences de la réalité virtuelle sur les valeurs sociétales
    Pierre BOURGEOT
    15. Rousseau reviens, ton contrat social fout le camp !
    Bruno DEFFAINS - Groupe régional « SOURCES » de Lorraine
    16. Propos sur l’âme
    Pierre NABET
    17. L’âme et le corps
    Marc LEBIEZ
    18. L’Âme et l’Esprit
    Jean-Jacques CHAUVIN

    20,00 €
  • Auguste de Grasse-Tilly T.1

    Dans les 2 tomes de ce numéro 22 des Essais Écossais, sont rassemblés les actes d’un colloque consacré à Alexandre-François-Auguste Comte de Grasse, marquis de Tilly. Ce colloque s’est tenu dans le Grand Temple du Grand Orient de France, le 19 octobre 2019.

    Consacré à Alexandre-François-Auguste Comte de Grasse, marquis de Tilly, ce numéro 22 des Essais Écossais comprend 2 tomes. Ils rasssemblent les actes d'un colloque qui s’est tenu dans le Grand Temple du Grand Orient de France le 19 octobre 2019 et avait la particularité d’être international et inter-juridictionnel. Les intervenants étaient en effet issus des Suprêmes Conseils auxquels De Grasse-Tilly a appartenu et qui sont toujours en activité témoignant ainsi de la pérennité de la transmission qu’il a portée des Amériques en Europe.

    De Grasse-Tilly a, de près ou de loin, participé à la création d’une dizaine de Suprêmes Conseils de par le monde. Même si, en France, il fut mis fin à ses fonctions de Grand Commandeur à deux reprises, une première fois remplacé par Cambacérès au sein du Suprême Conseil du 33e degré en France en 1806, une deuxième fois par le Duc Decazes au sein du Suprême Conseil des Amériques, son action indéniable mérite et justifie un tel colloque et son titre : la diffusion du Rite Écossais Ancien Accepté au début du xixe siècle.

    Ce colloque se propose d’examiner dans quelles conditions les Hauts Grades de Rite Écossais Ancien et Accepté se sont propagés sur les deux hémisphères et surtout en Europe où le rôle de De Grasse-Tilly a été déterminant : rassembler ce qui était épars et transmettre à notre temps le Rite Écossais Ancien Accepté que nous pratiquons en ce xxie siècle.

    J. O.

    15,00 €
  • L'Espace, un espoir pour l'humanité

    Ce numéro 23 des Essais Écossais rassemble les actes du colloque qui s’est tenu à Toulouse, dans les salons République du Conseil Départemental de Haute-Garonne, le 16 novembre 2019, sur le thème de de l’"Espace, un Espoir pour l’Humanité".

    C'est tout naturellement à Toulouse qu'a eu lieu, le 16 novembre 2019, un colloque sur le thème de l’Espace, un Espoir pour l’Humanité. Toulouse, en effet, est la ville de France la plus tournée vers l’Espace parce qu'elle concentre depuis plusieurs dizaines d'années, ede très nombreuses activités aéronautiques et spatiales .

    Dans le siècle disruptif qui nous traverse, le Grand Collège des Rites Écossais du Grand Orient de France s’interroge sur le monde qui nous entoure. C’est ainsi que, après nos colloques de Bordeaux sur l’Anthropocène, de Strasbourg sur le Transhumanisme, de Grenoble sur l’Intelligence Artificielle, il s'est tourné vers l’Espace.

    Ce n’est un secret pour personne que les Maçons travaillent dans leurs Temples, sous des voûtes étoilées et que dans ces temples, l’espace-temps s’abolit.

    Or les astres depuis l’aube de l’humanité ont toujours suscité chez l’homme la stupeur et la curiosité, l’effroi et le désir, mais l’étymologie du mot désir n’est-il pas la même que celle du mot sidéral ? Ne sommes-nous pas depuis que nous sommes sortis de nos grottes préhistoriques animés par le désir d’étoile ?

    Explorateurs en Maçonnerie et en Humanité, nous nous employons dans ce colloque à chercher des embryons de réponses à trois vastes questions :

    • Qu’en est-il de la potentielle vie extraterrestre ?
    • Qu’en est-il des voyages intersidéraux ?
    • Y a-t-il une origine ? Et si oui, y a-t-il une fin ?

    Il n’est pas certain qu’au terme de la lecture de ces actes, les réponses tant attendues soient apportées, mais les informations exposées sont tellement foisonnantes…

    J. O.

    15,00 €
  • Le Voile

    Ce numéro 24 des Essais Écossais qui a pour thème "Le Voile", est le fruit des travaux, d'une exceptionnelle qualité, d’un seul atelier du Grand Collège des Rites Écossais-Grand Orient de France, la Loge de Perfection « Germain Hacquet ».

    Ce numéro 24 des Essais Écossais a une originalité qui le différencie des autres volumes de cette collection lancée en 2016 : il provient de la réflexion de la Loge de Perfection « Germain Hacquet », un Atelier du Grand Collège des Rites Écossais-Grand Orient de France. Ayant pour thème Le Voile, il constitue le premier d’une série qui témoignera de la vitalité de la lignée initiatique « Germain Hacquet ».

    Dans le contexte français d’un mot — Le Voile — dont l’actualité est en évolution constante depuis trente an, cette proposition thématique était audacieuse. En effet, en France, l’habit de tête a été un fait social global pendant des siècles ; il est ensuite devenu, au cours de la déchristianisation européenne occidentale, de la décolonisation et de la montée en puissance du féminisme, une « affaire » exacerbée dans un environnement complexe historique, social, politique, religieux et idéologique. Il devient urgent pour l’avenir de nos sociétés de s’en extraire pour le penser autrement que comme un marqueur majeur exclusif d’une seule appartenance religieuse dont les implications politiques extrémistes sont devenues passionnelles et irrationnelles.

    Le paradoxe du voile tant pour celles qui le portent que pour ceux qui le rencontrent réside dans le fait que le voile destiné à cacher quelque chose rend d’autant plus visibles celles qui en sont porteuses.

    Le Voile nous amène à aborder les dialectiques du sacré et du profane, du social et du spirituel, de l’union et de la séparation, du voilé et du dévoilé, du caché et de l’apparent, de l’intérieur et de l’extérieur, du visible et de l’invisible, du pur et de l’impur, du licite et de l’illicite. Elles s’enclenchent dès l’apparition du voile pour aller de l’ésotérisme et de l’ésotérisme vers l’érotisme en tant que désir de tendre à la perfection, de l’ex-time à l’intime pour atteindre l’ultime, c’est –à-dire le sublime. Enfin, le voile doit nous incliner à la modestie, cet autre voile que le xixe siècle plaçait sur le décolleté des femmes.

    J. O.

    15,00 €
  • Femmes en religion. Religions de femme

    Ce numéro 21 des Essais Écossais présente les actes du colloque organisé le 28 septembre 2019 avec la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence sur le thème « Femmes en religion. Religions de femme ». Il fait également le compte-rendu de la remise du Prix Bruno Étienne, prix Universitaire du Grand Collège des Rites Écossais – Grand Orient de France décerné à un mémoire ou à une thèse concernant le fait religieux.

    Le colloque qui s’est tenu le 28 septembre 2019 à Faculté de Droit d’Aix-en-Provence a été l'occasion pour les organisateurs comme pour les intervenants de rappeler la mémoire de Bruno Etienne et de rappeler ce qu’il a apporté tant à la Franc-maçonnerie qu’aux champs disciplinaires qu’il investiguait. Il avait pour thème « Femmes en religion. Religions de femme », une thématique d'une vibrante actualité dont il fallait tenter de déconstruire les problématiques en partant du constat que l’histoire des femmes ne s’est que très partiellement intéressée au facteur religieux avant la fin du XXe siècle.
    La femme n’est plus invisible, elle n’est plus muette. Il fallait leur donner la parole et le choix a été fait d'entendre en premier lieu celle des femmes en religion. Elles affirment, dans leur diversité et en toute liberté, leurs approches respectives et les rapports qu’elles entretiennent avec les religions qu’elles ont choisies ou qui les a choisies.
    Dans un second temps, ce sont des universitaires sans distinction de sexe qui se sont exprimés puisqu'il est un a priori que l'on doit poser : la science n’est pas sexuée.

    15,00 €
  • Ethique et Intelligence artificielle

    Ce numéro 18 des Essais Écossais s'inscrit dans l'actualité de la Commission européenne qui a présenté, le 8 avril 2019, les lignes directrices d’éthique devant présider à la fabrication et l’utilisation des robots et de l’Intelligence Artificielle. Définies par un groupe d’experts, ces lignes directrices peuvent-elles être mises en œuvre et respectées dans un monde qui, depuis des millénaires, se satisfaisait d’une Intelligence Singulière ?

    Intelligence artificielle, IA. Ce vocable est aujourd’hui fortement médiatisé. Il ne faut pourtant pas oublier qu’il a été « inventé » en 1955 par John McCarthy l’un des pionniers de l’informatique. La question qui se pose aujourd’hui — mais n’est-elle pas de tous les temps ? — est de savoir ce qu’est l’IA et surtout de ce qu’elle est au regard de l’intelligence humaine. Répondre à cette question exige de la prendre en compte telle que la présentent les multiples canaux d’information et d’en faire une analyse critique.
    Le Grand Collège des Rites Écossais du Grand Orient de France a jugé souhaitable d’y contribuer dans le cadre de la construction et l’exécution de son projet humaniste au service de l’homme et de son intelligence du monde.

    15,00 €
  • Valeurs humanistes et quêtes identitaires en Caraïbes

    Ce n°19 des Essais Écossais est exceptionnel en premier lieu parce qu'il rend compte du premier colloque organisé dans la région Antilles-Guyane par le Grand Collège des Rites Écossais - Grand Orient de France. Il l'est aussi parce que ses organisateurs ont souhaité marquer leur volonté d’affirmer l’ancrage des Hauts Grades du Rite Écossais Ancien Accepté dans le temps et dans l’espace. Pour cela, ils ont repris le nom que donnaient les Amérindiens à la Martinique et cette réunion est désormais connue comme le « colloque Madinina » — « île aux mystères », « île aux fleurs » ou « île aux femmes », une dénomination qui évoque l’histoire pré-occidentale de cette parcelle de terre française dans les Caraïbes.

    La construction identitaire à l’aune des valeurs humanistes en Martinique, ne peut pas faire l’économie de son histoire. Elle doit s'intéresser en particulier à l’extermination des Indiens Caraïbes qui s’achève au 17e siècle, mais aussi à la traite africaine qui culmine cent ans plus tard et à l’esclavage des noirs qui ne seront abolis qu’au 19e siècle. Cette histoire si particulière a eu des conséquences raciales et sociales au 20e siècle et c’est elles que nous sommes amenés à aborder aujourd’hui. Le droit à l’oubli que revendiquent les États et qu’ils organisent, a pour corollaire le devoir de mémoire des peuples. Ces derniers, pour savoir où ils vont, doivent impérativement savoir d’où ils viennent. Comme le dit si bien le philosophe Paul Ricœur, il faut réveiller « la mémoire empêchée ».
    J. O.

    15,00 €