Aller au contenu

Derniers ouvrages

  • Ethique et Intelligence artificielle

    Ce numéro 18 des Essais Écossais s'inscrit dans l'actualité de la Commission européenne qui a présenté, le 8 avril 2019, les lignes directrices d’éthique devant présider à la fabrication et l’utilisation des robots et de l’Intelligence Artificielle. Définies par un groupe d’experts, ces lignes directrices peuvent-elles être mises en œuvre et respectées dans un monde qui, depuis des millénaires, se satisfaisait d’une Intelligence Singulière ?

    Intelligence artificielle, IA. Ce vocable est aujourd’hui fortement médiatisé. Il ne faut pourtant pas oublier qu’il a été « inventé » en 1955 par John McCarthy l’un des pionniers de l’informatique. La question qui se pose aujourd’hui — mais n’est-elle pas de tous les temps ? — est de savoir ce qu’est l’IA et surtout de ce qu’elle est au regard de l’intelligence humaine. Répondre à cette question exige de la prendre en compte telle que la présentent les multiples canaux d’information et d’en faire une analyse critique.
    Le Grand Collège des Rites Écossais du Grand Orient de France a jugé souhaitable d’y contribuer dans le cadre de la construction et l’exécution de son projet humaniste au service de l’homme et de son intelligence du monde.

    15,00 €
  • Valeurs humanistes et quêtes identitaires en Caraïbes

    Ce n°19 des Essais Écossais est exceptionnel en premier lieu parce qu'il rend compte du premier colloque organisé dans la région Antilles-Guyane par le Grand Collège des Rites Écossais - Grand Orient de France. Il l'est aussi parce que ses organisateurs ont souhaité marquer leur volonté d’affirmer l’ancrage des Hauts Grades du Rite Écossais Ancien Accepté dans le temps et dans l’espace. Pour cela, ils ont repris le nom que donnaient les Amérindiens à la Martinique et cette réunion est désormais connue comme le « colloque Madinina » — « île aux mystères », « île aux fleurs » ou « île aux femmes », une dénomination qui évoque l’histoire pré-occidentale de cette parcelle de terre française dans les Caraïbes.

    La construction identitaire à l’aune des valeurs humanistes en Martinique, ne peut pas faire l’économie de son histoire. Elle doit s'intéresser en particulier à l’extermination des Indiens Caraïbes qui s’achève au 17e siècle, mais aussi à la traite africaine qui culmine cent ans plus tard et à l’esclavage des noirs qui ne seront abolis qu’au 19e siècle. Cette histoire si particulière a eu des conséquences raciales et sociales au 20e siècle et c’est elles que nous sommes amenés à aborder aujourd’hui. Le droit à l’oubli que revendiquent les États et qu’ils organisent, a pour corollaire le devoir de mémoire des peuples. Ces derniers, pour savoir où ils vont, doivent impérativement savoir d’où ils viennent. Comme le dit si bien le philosophe Paul Ricœur, il faut réveiller « la mémoire empêchée ».
    J. O.

    15,00 €