Aller au contenu

Derniers ouvrages

  • Sources n°9. A nouveau disponible

    Pour tout savoir sur le 18e grade. Voyages dans les rituels du Chevalier Rose-Croix. Cet ouvrage qui a eu un grand succès, est à nouveau disponible.

    SOMMAIRE

    1. La transmission par le geste du Chevalier Rose-Croix
    2. Le geste du Bon Pasteur : essai d’approche herméneutique
    3. Les titres des officiers du 18e grade Chevalier Rose-Croix
    4. Les décors des chevaliers Rose-Croix : ruptures et continuités du XVIIIe à nos jours
    5. L’Acclamation ou cri du Chevalier Rose-Croix
    6. Permanence et changement : histoire de rituels d’ouverture et fermeture au 18e grade du Rite Écossais Ancien Accepté
    7. Les travaux de Table au 18e degré Chevalier Rose-Croix
    8. L’usage de l’expression « Mes Biens Aimés Frères »
    9. La Maçonnerie, un code Rose-Croix et jésuitique ?
    10. Apparition et représentation du Phénix dans les rituels des Chevalier Rose-Croix classiques et alchimiques
    11. Alchimie et grade de Chevalier Rose-Croix, 18e grade, du Rite Écossais Ancien Accepté
    12. A propos d’une gravure émanant de l’Ordre d’Heredom de Kilwinning
    13. Autour du Chevalier Rose-Croix, la séquence Apocalyptique, 17e et 19e grades du Rite Écossais Ancien Accepté

    Préface de l'ouvrage en cliquant là.

    35,00 €
  • Rites, mythes, initiation

    Ce n°15 des Essais Écossais « Rites, mythes, initiation : quels effets sur le maçon ? » est, quelque part, un retour aux fondamentaux de la vie maçonnique, ses rites, rituels, mythes et légendes qu'il va rencontrer dès le jour de son initiation et qu'il devra s'approprier. Il va cependant plus loin en portant un regard sur un culte de Trophonios de Lébadée, un culte à mystères. Ce numéro des Essais Écossais nous enseigne aussi comment l'archéologie permet une meilleure compréhension des mythes et des rites en nous présentant la geste de Déméter et les Thesmophories, un rite agraire.

    Les rites, mythes et initiations n'ont pas attendu la franc-maçonnerie pour exister et le franc-maçon est aussi conduit à les vivre hors de la maçonnerie. Ils sont, les uns et les autres, universels et souvent structurants pour la vie sociale. Il est par conséquent important, voire légitime, de chercher à approfondir leur fonction. On peut le faire aussi bien au travers d'une approche psycho-psysiologique, d'une approche sociologique qu'au travers d'une approche plus "terrain", celle que nous propose l'archéologie.
    Ce qui nous interroge cependant, c'est de savoir quels effets les rites et les mythes ont sur les femmes et les hommes en général, sur les maçons en particulier, à l'occasion de leur initiation par exemple.

     

    15,00 €
  • L'esclavage, hier et aujourd'hui. Demain ?

    Ce numéro 16 des Essais Écossais se penche sur le passé, le présent et l'avenir de l'esclavage. Il semble impossible de faire une analyse exhaustive de toutes les formes d'esclavage à travers les temps. Il est en revanche essentiel pour les humanistes que sont les maçons, de s'interroger sur ses formes modernes directement issues des formes traditionnelles, à peine travesties sous des habillages plus ou moins légaux.

    L'esclavage est une insulte à la dignité humaine et mérite toute la sollicitude des humanistes que sont les francs-maçons. Aussi ce volume des Essais Écossais se veut-il une contribution à une vision actualisée de l'esclavage, une pratique qui semble exister depuis la plus haute Antiquité et dont la fin semble bien improbable bien que la Déclaration universelle des droits de 1948 l'ait condamnée sans ambiguïté.
    Les êtres humains sont, dans les textes au moins, égaux en droit en dignité, mais l'esclavage des enfants dont on prend conscience dès le 19e siècle, est aujourd'hui encore une réalité et environ 14 % des 5 à 14 ans travaillent dans des conditions exorbitantes du droit. Selon de nombreux témoignages, une partie des populations de certains pays du continent africain vit, elle aussi, en esclavage, esclaves par ascendance ou à la naissance.
    L'histoire, celle de la traite des Noirs notamment, est toujours riche d'enseignements, et le "travail de mémoire" important. Pourtant, les maçons que nous sommes doivent avoir pour priorités de repérer et de combattre sans relâche les persistances et les rémanences de l'esclavage comme de la colonisation qui sont tout autant d'oppressions.

    15,00 €
  • Éducation et transculturalité

    Ce numéro 17 des Essais Écossais rassemble les actes d'un colloque qui a un intérêt est majeur pour rendre compte de la Modernité en un temps où les classes des écoles, collèges et lycées sont composées d'élèves venus de tous les continents. Autant l'éducation est une constante anthropologique liée à la spécificité d'homo sapiens, autant la transculturalité et un phénomène moderne lié aux colonisations et aux migrations qui ont culminé au 20e siècle.

    Le concept de transculturation dont est issue la transculturalité, a été élaboré dans les années 1940 par le cubain Fernando Ortiz Fernandez, mais c'est l'anthropologue, ethnologue et sociologue polonais, Bronislaw Malinowski qui en fit le succès. Il tient aux conditions dans lesquelles il s'exerce : les invariants anthropologiques du savoir donner savoir recevoir savoir transmettre tiennent consubstantiellement à l'espèce humaine. L'échange est à la fois lien et substitution. L'éducation, cet art de "faire voyager les enfants", peut s'appuyer sur cette théorie de la transculturalité pour permettre cette nécessaire ouverture à l'autre : elle est métissage des cultures ou si l'on veut aller plus loin, elle se doit, de délivrer ce message fort : "Tout apprentissage est un métissage". Elle signe sa réussite quand dans la droite ligne de la philospophie des Lumières et de son projet émancipateur, chacun peut développer sa propre conception du monde et exercer une pensée critique.

    15,00 €
  • Ethique et Intelligence artificielle

    Ce numéro 18 des Essais Écossais s'inscrit dans l'actualité de la Commission européenne qui a présenté, le 8 avril 2019, les lignes directrices d’éthique devant présider à la fabrication et l’utilisation des robots et de l’Intelligence Artificielle. Définies par un groupe d’experts, ces lignes directrices peuvent-elles être mises en œuvre et respectées dans un monde qui, depuis des millénaires, se satisfaisait d’une Intelligence Singulière ?

    Intelligence artificielle, IA. Ce vocable est aujourd’hui fortement médiatisé. Il ne faut pourtant pas oublier qu’il a été « inventé » en 1955 par John McCarthy l’un des pionniers de l’informatique. La question qui se pose aujourd’hui — mais n’est-elle pas de tous les temps ? — est de savoir ce qu’est l’IA et surtout de ce qu’elle est au regard de l’intelligence humaine. Répondre à cette question exige de la prendre en compte telle que la présentent les multiples canaux d’information et d’en faire une analyse critique.
    Le Grand Collège des Rites Écossais du Grand Orient de France a jugé souhaitable d’y contribuer dans le cadre de la construction et l’exécution de son projet humaniste au service de l’homme et de son intelligence du monde.

    15,00 €
  • La "collection" complète des cravates du Grand Collège des Rites Ecossais

    Bleue, rouge, noire, blanche… la "collection" des 4 cravates du Grand Collège des Rites Écossais - Grand Orient de France sont au prix de 120 euros (au lieu de 132 euros)

    Après le « Concordat » de 1804, l’union entre le Suprême Conseil du Rite Écossais Ancien Accepté et le Grand Orient de France a été renouvelée en 1815 par la formation du Grand Consistoire des Rites (devenu en 1826 le Grand Collège des Rites). Pour célébrer cet événement important le Grand Collège des Rites Écossais du Grand Orient de France avait décrété « 2015 – Année de l’écossisme ». A cette occasion, il avait demandé à une ancienne maison de soieries lyonnaise de concevoir et de réaliser une cravate reprenant son emblème : l’aigle à deux têtes éployée enserrant un glaive. Le modèle utilisé par le créateur est l’aigle à deux têtes dessinée pour les premiers diplômes du REAA sous l’Empire en 1810. La cravate affiche cette discrète référence à notre Rite sous la forme d’un semi où l’aigle est nimbée par les reflets ondoyants de la soie. Dans un premier temps, deux versions ont été finalisées, l’une rouge, pour les Chapitres Rose-Croix, l’autre, noire, pour les Conseils de Chevaliers Kadoshs. Aujourd'hui, deux autres cravates sont proposées, l'une bleue pour les Ateliers de perfection et les Maîtres Secrets, l'autre blanche pour les Souverains Tribunaux, les Conseils Suprêmes et le Conseil Suprême.
    La maison lyonnaise Malfroy & Million est fabricant et créateur de soieries depuis les années 1930. Elle est reconnue pour la singularité et la qualité de ses produits et travaille aussi pour les plus grandes marques de haute-couture et de prêt-à-porter. Entreprise familiale, elle veut transmettre l’âme et l’expérience de la soierie française.

    Prix promo 120,00 € Prix normal 132,00 €
  • Valeurs humanistes et quêtes identitaires en Caraïbes

    Ce n°19 des Essais Écossais est exceptionnel en premier lieu parce qu'il rend compte du premier colloque organisé dans la région Antilles-Guyane par le Grand Collège des Rites Écossais - Grand Orient de France. Il l'est aussi parce que ses organisateurs ont souhaité marquer leur volonté d’affirmer l’ancrage des Hauts Grades du Rite Écossais Ancien Accepté dans le temps et dans l’espace. Pour cela, ils ont repris le nom que donnaient les Amérindiens à la Martinique et cette réunion est désormais connue comme le « colloque Madinina » — « île aux mystères », « île aux fleurs » ou « île aux femmes », une dénomination qui évoque l’histoire pré-occidentale de cette parcelle de terre française dans les Caraïbes.

    La construction identitaire à l’aune des valeurs humanistes en Martinique, ne peut pas faire l’économie de son histoire. Elle doit s'intéresser en particulier à l’extermination des Indiens Caraïbes qui s’achève au 17e siècle, mais aussi à la traite africaine qui culmine cent ans plus tard et à l’esclavage des noirs qui ne seront abolis qu’au 19e siècle. Cette histoire si particulière a eu des conséquences raciales et sociales au 20e siècle et c’est elles que nous sommes amenés à aborder aujourd’hui. Le droit à l’oubli que revendiquent les États et qu’ils organisent, a pour corollaire le devoir de mémoire des peuples. Ces derniers, pour savoir où ils vont, doivent impérativement savoir d’où ils viennent. Comme le dit si bien le philosophe Paul Ricœur, il faut réveiller « la mémoire empêchée ».
    J. O.

    15,00 €