Aller au contenu

Les "Documents Sharp"Que sont les fameux « Documents Sharp » ? Cette appellation consacrée par l’usage désigne une collection de pièces exceptionnelles relative à l’histoire de la franc-maçonnerie française et plus particulièrement à l’apparition et à la pratique des hauts grades.

Réf.: HC 001

Jean-Pierre Gonet, agrégé de l’Université, traducteur professionnel en langue anglaise, nous propose une présentation des « Documents Sharp » au travers d'une nouvelle transcription méticuleuse, assortie d’une traduction en anglais,de chacun d'entre eux. Ces « Documents » sont, après cette remarquable présentation, commentés dans un entretien entre Pierre Mollier, qui a préfacé l'ouvrage, et Alain Bernheim.

Disponibilité: Disponible Hors stock
Prix promo 29,00 € Prix normal 29,00 €

Exceptionnels, les « Documents Sharp » le sont d’abord par leur ancienneté et par leur nombre puisque plusieurs d’entre eux sont antérieurs à 1750 et que la collection comprend plus de 400 pièces. Si la franc-maçonnerie s’implante en France autour de 1725, les témoignages de son activité ne dépassent guère la dizaine pour la période 1730-1740 et restent rares jusqu’au début des années 1750.
Les « Documents Sharp » nous donnent des informations nombreuses et précises sur la création et la vie de Loges entre Bordeaux, Paris et les Antilles autour de 1750. On y découvre des listes de Maçons, des éléments sur les grades pratiqués ou sur les règlements utilisés.
Leur caractère exceptionnel réside aussi et surtout dans la nature des  « Documents Sharp ». L’essentiel des archives maçonniques du XVIIIe siècle – conséquentes à partir des années 1760 et abondantes après 1770 – est constitué de pièces administratives : Tableaux de Loges, circulaires, registres de procès-verbaux, Constitutions d’Ateliers ou diplômes de Maçons. Toutes pièces très utiles pour reconstituer l’histoire factuelle de la franc-maçonnerie, mais qui renseignent peu sur le « vécu » de la pratique maçonnique par ces hommes du siècle des Lumières. Or une bonne partie des Documents Sharp est d’une autre nature. Il s’agit de lettres où les correspondants sont parfois amenés à échanger leurs idées sur la Maçonnerie ou à expliquer leurs sentiments sur la pratique de tel ou tel grade. Dans leur jargon, les historiens désignent depuis quelques années ce type d’archives sous l’appellation d’« égo-documents ». Ce sont des pièces qui témoignent du ressenti personnel, des motivations et du « vécu » des « acteurs » et non seulement de l’histoire de l’institution. Or les « Documents Sharp » fourmillent de remarques passionnantes sur la façon dont ces Frères du XVIIIe siècle vivent leur engagement maçonnique.
Enfin, il est un domaine où la découverte des « Documents Sharp » est à l’origine d’une véritable révolution historiographique : l’histoire des hauts grades et, plus particulièrement, l’histoire du Rite Écossais Ancien Accepté.